en

Recherche
Retour

LETTRE ÉCARLANTE – Bièropholie

mai 2, 2019

De toutes les bières acidulées Européennes, la Rouge et la Brune des Flandres sont certes celles qui impressionnent mes papilles au plus haut point. Elles marient à merveille la complexité gustative et l’équilibre des saveurs pour nous donner une bière aigre douce fruitée rappelant souvent le vin rouge. L’emploi de différents malts d’Europe centrale dont le Munich, le Cara et le Vienna viennent complémenter de douces saveurs vanillées et chocolatées. Également, une fermentation sauvage et une maturation en barriques de chêne qui peut s’échelonner sur plusieurs années. Brassées historiquement dans les Flandre-Occidentale, ces bières étaient à l’origine fermentées spontanément à même la cuve laissée à l’air libre. Les spores et bactéries présentent dans l’air ainsi que dans les matériaux de la pièce habituellement en bois, avaient tout le loisir d’inoculer au moût les éléments nécessaires à sa fermentation. Les méthodes de culture de levures modernes ont aujourd’hui simplifié considérablement ce processus et les grandes maisons productrices ont tendance à mettre l’emphase sur le vieillissement en barriques ainsi que sur l’assemblage de différents brassins en les dosant de façon judicieuse. De plus, ce style de bière est l’un des rares qui utilisent les trois souches traditionnelles de levures sauvages; soit les Saccharomyces, les Brettanomyces et les lactobacilles.

L’exemple classique qui illustre le mieux ce genre de bière est bien entendu la Rodenbach Grand Cru, disponible de temps à autre à la LCBO. Mais la semaine dernière, l’équipe de Bièropholie introduisait un exemple tout à fait représentatif du style, dont j’ai fait mon coup de cœur de cette semaine : la Lettre Écarlate, vieillie 36 mois en barrique de vin rouge.

 

Notes de dégustation : Belle douceur aromatique bien fruitée avec une touche de boisé complémentant des notes acidulées bien présentes, mais douces et surtout vineuses. Un tout léger chocolat au lait vient rappeler une base maltée en soutien. Des notes de prunes et de cerises noires viennent compléter cette palette olfactive bien complexe. La couleur est rouge-brunâtre, très floue, avec une mousse épaisse et bien crémeuse qui persiste plus d’une minute en laissant de superbes traces sur le verre. En bouche, c’est une acidité bien relevée qui en agrémente l’entrée, s’accompagnant d’un fruité défini par les cerises, les prunes et d’un fond chocolaté qui rajoute une belle douceur. Malgré une domination évidente des saveurs aigrelettes, nous avons aussi droit à une belle palette variée de sous-notes qui assure une complexité certaine. Une belle surprise. Acidulée, oui, mais douce et complexe. Un beau fruité bien défini et une base maltée qui rajoute en complexité. Rien à envier aux grands exemples flamands.

 

Santé !!!

Dandeman