en

Recherche
Retour

Le Trou du Diable; Le Lion

juillet 11, 2019

Je vous parle aujourd’hui de ces fameuses bières dites «sauvages», si répulsives pour les néophytes, mais ô combien appréciées des amateurs chevronnés.

J’avoue qu’au début il m’a fallu un certain temps pour les apprécier à leur juste valeur.

Franchir la barrière de l’acidité requiert patience et temps. Mais lorsque le mur est franchi, on y découvre des bières d’une complexité exceptionnelle ainsi que de petits chefs-d’œuvre de brassage.

Surtout lorsqu’elles sont muries en barriques pendant de longues années.

Je vous en propose une qui, j’espère, saura convaincre ceux et celles qui ont été rebutés une première fois.

Je vous suggère de la laisser réchauffer un peu pour en apprécier toutes ses qualités.

 

Notes de dégustation :

L’olfactif laisse découvrir un côté sauvage relevé à tendance citronnée.

Le boisé de la maturation en barrique se marie admirablement bien aux accents fermiers des levures.

Une mousse de deux pouces qui disparait en cinq secondes. Rarement vu ça. Le liquide est jaune / doré, légèrement voilé et possède une effervescence dans le tapis.

En bouche, l’attaque est très pétillante, citronnée, fermière et se traduit en finale extrêmement sèche. Présence d’un agréable fruité aux tons de pommettes sauvages, de citron, de groseilles et de fruits à chair blanche.

On sent moins la présence du boisé, mais il soutient bien les accents sauvages des levures.

Le corps est plutôt léger et aérien avec une effervescence bien piquante. Les tanins des fruits ajoutent à la sécheresse sans pour autant développer de l’astringence.

Une bière équilibrée, sauvage sans trop l’être, fruitée juste assez. Super agréable à boire.

Santé!