en

Recherche
Retour

LA GLOBE TROTTEUSE – La Voie Maltée / Pie Braque

janvier 30, 2019

L’évolution constante du milieu brassicole nous permet de découvrir une panoplie de déclinaisons de styles traditionnels. Par exemple : la ‘’Triple du Nouveau-Monde’’ ou ‘’Triple Américaine’’. Ce style originaire de l’Abbaye de Westmalle en Belgique et traditionnellement brassé par des moines trappistes est communément appelé ‘’Tripel’’ pour respecter la prononciation flamande. Brassée avec des malts et des houblons de l’Europe centrale comme le malt Pilsner et les houblons Saaz et Styrian Goldings, elle se voulait à l’époque une réponse plus forte, plus élaborée et plus gouteuse aux bières blondes allemandes et tchèques; surtout grâce aux levures, dont les moines avaient si bien préservé le secret de leur culture. Vous aurez bien entendu deviné que lorsque l’on parle de Triple du Nouveau-Monde il y a de l’Américain là-dessous. Eh bien oui et non. Nouveau-Monde peut également vouloir dire Nouvelle-Zélande et Australie. Car si cette déclinaison du style est due principalement à l’utilisation massive de houblons américains côte ouest, elle peut également s’agrémenter facilement de ces fameux houblons de Nouvelle-Zélande, de plus en plus populaires. N’étant évidemment pas une IPA, la Triple Nouveau-Monde conserve la plupart des ingrédients traditionnels Européens, dont surtout les levures Belges, s’ajoutant à ceux-ci un houblonnage massif de nouvelles variétés américaines ou néo-Zélandaises. Dans notre exemple d’aujourd’hui, La Globe Trotteuse, une collaboration de La Voie Maltée et de Pie Braque, ce seront surtout les agrumes des houblons néo-Zélandais qui seront à l’honneur.

Notes de dégustation :

Les résines bien fraiches du houblon frappent d’abord le nez se déclinant peu à peu vers des notes tropicales aux accents de pamplemousse et d’ananas tout en préservant un fond malté aux allures de pâtisserie danoises. Quelques notes de clou de girofle, de poivre et de cannelle s’ajoutent à cet olfactif large et complexe. La mousse rocailleuse de bonne épaisseur recouvre un liquide clair, doré/ambré aux reflets orangés. L’entrée de bouche est à saveur d’orange bien définie, qui s’accompagne d’une chaleur d’alcool bien présente et qui se termine par une amertume longue, persistante et plutôt boréale. Les houblons sont très bien définis avec des agrumes bien sentis aux accents d’orange, de pamplemousse et d’ananas, ainsi que la résine qui traine en fin de bouche. Le malt est cependant moins présent qu’en olfactif et les épices très discrètes. L’alcool est très bien dissimulé, mais nous offre une chaleur évidente. Le corps est bien rond avec une bonne effervescence. Absolument délicieuse. Bien houblonnée. Son caractère malté pourrait être rehaussé un peu plus. S’approche dangereusement de L’Herbe à Détourne de Dieu du Ciel. Très beau travail des brasseurs.

Santé !!!

Dandeman