----------------
en

Recherche
Retour

KÉKÉKO – Trèfle Noir

mars 7, 2019

Pourquoi assembler des bières?

Les raisons en sont multiples. Le brasseur peut vouloir ajouter de la complexité à un produit existant afin de pouvoir varier sa gamme. Il peut également vouloir doser l’acidité de bières à fermentation spontanée afin de les rendre plus attrayantes au consommateur.

Historiquement, on peut remonter jusqu’au 18e siècle pour trouver de la documentation sur les assemblages de bières. En Angleterre et dans le nord de l’Europe, on raffolait à cette époque de bières bien vieillies où les notes de madérisation, d’oxydation et d’acidification étaient bien en évidence. Mais pour garder le coût des produits le plus bas possible, on devait souvent mélanger dans des proportions de 1/3 – 2/3 des bières jeunes et des bières vieillies.

La perpétuation de cette technique s’est bien répandue jusqu’à aujourd’hui. Il est bien connu que les Lambics et Rouges des Flandres sont issus d’assemblages savamment concoctés. Dans ce dernier cas, on mélange surtout le même produit, mais de différents âges (1 an, 2 ans, 3 ans).

L’explosion du brassage artisanal ayant favorisé une créativité sans bornes de la part des brasseurs, il n’est pas rare de nos jours de voir des assemblages de plusieurs styles.

Un bon exemple récent est la Kékéko du Trèfle Noir, dont le nom fait référence à ces merveilleuses collines Abitibiennes qui font la joie des randonneurs.

Cette bière de leur série 10e anniversaire est un assemblage de Gose vieillie en fut de chêne, d’une Pale Ale 100% Bretts et d’une Triple Belge sure.

Notes de dégustation :

Olfactif aux accents surets avec le citron bien en évidence. On y perçoit également un petit fruité aux allures tropicales et de petites notes orangées.

Les Bretts sont également bien étalées avec leurs tons de vieille ferme.

Le liquide est d’un doré pâle, très flou, avec une bonne mousse blanche qui fond moyennement rapidement.

Les éléments surets de la Gose dominent l’entrée de bouche avec son acidité citronnée. Cependant, un beau fruité d’agrumes aux notes d’orange, avec des éléments de pain brioché issus de la Tripel, y complète une palette gustative assez élaborée.

Un petit salé vient rajouter sa touche et une petite chaleur d’alcool complète le tout. L’amertume y est cependant presque inexistante.

Le corps est moyennement léger et l’effervescence moyennement piquante dans cet assemblage complexe, très bien équilibré et très agréable.

Santé!

Dandeman